Accueil > Bonnes tables > Les Enfants Rouges (pour conclure)

Bonnes Tables

Les Enfants Rouges (pour conclure) 30.11.13

imprimer
   

Pas un mois désormais sans qu’une jeune toque nippone ne fricote du côté de la cuisine très tricolore, et sans vouloir tailler du sushi mais bel et bien pour se rallier au panache de la bistrote. En voilà un de plus, Shinozuka, à la reprise d’un des plus sémillants bars à vins de la capitale, Les Enfants Rouges et, entre les deux, la belle rencontre entre un brave confort d’auberge N7 et une cuisine épatante à oser la tradition, le franco de France, à raffiner le classicisme. Vous attendiez la découpe acérée, la cuisson samouraï, vous allez découvrir une énergie de la sauce, de l’enrobé, du salivant (mousseline de lentilles, crème de lard, saumon mariné aux agrumes et queue de boeuf mijotée au céleri, palombe rôtie aux girolles. On en finirait presque chaque plat avec les doigts.

Un plat : palombe rôtie aux girolles, s’il en reste encore !
Un vin : saint-nicolas-de-bourgueil de Sébastien David.
Une table : la 5.
Service : au déjeuner, apaisé. Plus voltigeur, au dîner.
La note, SVP ! Entre 40-60 euros.
Parking : Parking du Centre Pompidou.

Emmanuel Rubin