Accueil > Bonnes tables > Ma chère & tendre (pour négocier)

Bonnes Tables

Ma chère & tendre (pour négocier) 30.04.13

imprimer
   

Business hôtel de bonne convenance, le Méridien lâche son Orenoc pour courir après le désormais gros os du steakhouse amélioré. On pourrait certes se lasser de ce penchant carnassier aux tables de la tendance (Beef Club, Atelier Vivanda…) si ce n’est qu’en ces temps de chairs inquiètes, ce barbecue urbain rassure dans sa probité. Et voilà comment, dans une manière de néo-saloon climatisée, la carte mord à tous les bons quartiers (bœuf du Limousin, de l’Aubrac, de Salers, black Angus argentin, irlandais, simmental de Bavière) tout en tirant gentiment sur la laisse du genre, dans un style yankee chic, à mi-pente du western et de la côte Est (beau travail sur les sauces, les accompagnements).

Un plat : onglet sauce chimichuri.
Un vin : une trentaine en sélection, grands crus compris.
Une table : le comptoir (à deux) ou la 57.
Service : efficace.
La note, SVP ! Formule à 35 euros, carte env. 40-60 euros.
Parking : Voiturier et parking de l’hôtel.

Emmanuel Rubin