Accueil > Bonnes tables > Les Climats (pour conclure)

Bonnes Tables

Les Climats (pour conclure) 31.05.13

imprimer
   

Longtemps que l’on n’avait pas croisé au furieux décor de ce qui fut Le Télégraphe, table fétiche des avant-postes parisianistes du côté des « golden eighties ». Au prétexte d’une fraîche enseigne, voici l’adresse de retour, visiblement ravie de se revoir (et nous avec) en son miroir Art Nouveau, où sortilèges et entrelacs de bois précieux et de mosaïque offrent comme un précieux refuge à la Rive Gauche. Comme souvent, avec pareil environnement et histoire de ne pas trop se faire chiper la vedette, l’assiette pousse un peu dans les aigus (cuisses de grenouilles émulsion de pommes de terre, maquereau mi-cuit gelée de vinaigre de fleur de cerisier, lotte vapeur et praires en bouillon dashi…). Elle n’en finit pas moins à trouver l’écho, bien assistée, sur ce coup, par une fantasmatique cave bourguignonne.

Un plat : tartare de veau, petits pois et fèves en purée et glacée.
Un verre : Pernand-Vergelesses Chandon de Briailles.
Une table : dans la parenthèse enchantée d’un épatant patio.
Service : charmant mais encore fébrile.
La note SVP ! Menu-carte à 36 et 45 euros (déj). Carte env. 50-80 euros.
Parking : Voiturier.

Emmanuel Rubin