Accueil > Bonnes tables > La Recoleta (pour négocier)

Bonnes Tables

La Recoleta (pour négocier) 31.03.14

imprimer
   

Longtemps délaissée au rayon des exotismes parisiens, la veine argentine rejoint, mine de rien, les nouvelles tocades des appétits contemporains. Ce n’est pas encore le grand fauteuil au banquet mais ce n’est déjà plus le strapontin. Ce n’est pas toujours très finaud, mais au moins n’est-on plus obligé de se colter le méchant bivouac crypto-gaucho. S’en convaincre avec l’enseigne hommage au quartier culte de Buenos Aires (la Recoleta), qui s’y entend à ne pas bourriner fourneaux et déco dans le folklo. Certes, la cuisine s’emploie d’abord et surtout à faire saigner les assiettes (du boeuf, du boeuf, du boeuf), en ajoutant cependant à cette matière première ce qu’il faut de jolies manières (provolone doux grillé à la plancha, huile d’olive et origan, duo de boudin noir et ris de veau, purée de patate douce…). Une bonne idée de bistrot mi-Paname, mi-pampa.

Un plat :
mi-cuit de filet de boeuf pané sésame et jus corsé.
Un vin : un verre de Mendoza rouge (Luigi Bosca da Linda).
Une table : côté banquette.
Service : alerte.
La note, SVP ! Env. 50 euros à la carte, menus à 19 et 23 euros.
Parking : Villiers.

 

 

Emmanuel Rubin