Accueil > Bonnes tables > Le V du Vernet (pour négocier)

Bonnes Tables

Le V du Vernet (pour négocier) 30.04.14

imprimer
   

Si ce n’était l’impérieuse verrière qui, stoïque, continue de tamiser le ciel à travers sa dentelle Eiffel, pas certain que ceux d’avant reconnaissent leur très cher Vernet. Faut avouer que l’hôtel commençait à fatiguer. Les coutures 1900 craquaient, le charme proustien n’y suffisait plus. Le voici refait à neuf, dans le joli pli des clartés contemporaines. Et son restaurant de suivre, soudain plus lumineux, osant la couleur, s’appliquant à des assiettes en souplesse citadine. Les recettes ne cherchent plus à épater ces messieurs du Michelin mais, de coeur de laitue en sole meunière, accompagnent la nouvelle météo des appétits. L’autre déjeuner, le temps était lisse, d’un bleu délicat, et mademoiselle la verrière ajoutait au cabillaud basse température un invisible sel : le soleil de Paris.

Un plat : épaule d’agneau confit, oignons doux et olives noires.
Un vin : un verre de petit Chablis.
Une table : côté banquette.
Service : bien rythmé.
La note, SVP ! Env. 50 euros.
Parking : Vinci Park (30, avenue George V).

 

Emmanuel Rubin