Bonnes Tables

Lapérouse 25.07.19

imprimer
   

Pour conclure

À tant raconter les gloires qui la traversèrent et la mémoire de ses rideaux, Lapérouse avait fini par devenir la croqueuse de diamants de la gastronomie parisienne ; diva touchante à régulièrement tomber dans les bras de ceux qui veulent encore y croire. Dernier à succomber, Benjamin Patou (Moma Group) qui, une fois encore, la caresse dans le sens des velours. On devine la petite fortune dépensée à rallumer les feux du décor (au théâtre, ce soir), ceux de la nuit (on ne sert plus le midi) et ceux d’une cuisine où l’on retrouve un certain Vigato (ex-Apicius) qui installe d’office une fine carte de convenance mondaine. Pommes de terre caviar, pigeon petits pois, homard rôti et autres grandes orgues classiques tandis qu’aux desserts, Christophe Michalak ramène joliment sa fraise (mousse de lait et éclats de meringue soufflée).

Un plat : le pied de cochon en galette croustillante.

Un vin : champagne Veuve Clicquot.

Une table : toutes jusqu’aux salons et même la table du chef en cave !

Service : d’une distinction pétillante.

La note, SVP ! Env. 100 euros.

Où et quand ? 51, quai des Grands-Augustins, (VIe). 
Tél. : 01 43 26 68 04. Le soir seulement, fermé le dimanche.

Parking : Voiturier.

Emmanuel Rubin