Accueil > Bonnes tables > Garance (pour négocier)

Bonnes Tables

Garance (pour négocier) 31.01.13

imprimer
   

Sorti de L’Arpège d’Alain Passard, petite boutique à usiner les talents, un jeune binôme (l’un en cuisine, l’autre en salle) cravache un premier restaurant énergique, même si un peut prompt à trop suivre les pointillés qui font le bon pli des nouvelles convenances culinaires. Voici donc, dans l’ordre de l’airdu temps, le double niveau d’une salle réussie dans son style brut de matière, les fourneaux très visibles au rez-de-chaussée, le comptoir à complicité du premier, la cave apparente et cette cuisine d’un chic décoincé au risque parfois du déconstruit (poireaux-raifort-lotte, velouté de lentilles porc échalotes d’une ronde acidité, ou cette belle pièce de veau enhardie de pommes de terres et d’anchois).
 

Un plat : calamars au sabayon de beurre noisette.
Un vin : marsannay blanc de Bruno Clair.
Une table : la 23, à l’étage. 
Service : enjoué.
La note, SVP ! Env. 60 euros à la carte, menu à 34 euros (déj).
Fermé samedi et dimanche.
Parking : Invalides (23, rue de Constantine).

Emmanuel Rubin