Accueil > Bonnes tables > La table d'Eugène (pour conclure)

Bonnes Tables

La table d'Eugène (pour conclure) 31.03.13

imprimer
   

Dans un arrondissement plus exposé, la même adresse n’en finirait pas d’alimenter la chronique. Le carnet de résa piquerait sa crise de nerfs à déborder et le public pétitionnerait pour une étoile fissa au Michelin. Par chance, on est ici dans un XVIIIe planqué dans sa vie de quartier. Le décor est coquet par politesse, le service prend tout son temps, l’addition cultive l’indulgence, Paris se croit en province. Du coup, la cuisine ne tortille pas dans les prêchi-prêcha de salon, s’applique à l’essentiel d’alliances nettes, de saveurs marquées et de recettes campées dans la pudeur (côte de veau et son risotto de coquillettes cèpes et truffes, saint-jacques à la plancha, betteraves et compotée de coings…). Attendrissant !

Un plat : les ravioles de foie gras à la truffe.
Un verre : un crozes-hermitage blanc.
Une table : demandez la préférée de Luchini (un fidèle).
Service : prompt à la manoeuvre.
La note SVP ! Menu-carte à 38 euros.
Fermé dimanche et lundi.
Parking : Custine (48 bis, rue Custine, XVIIIe).

Emmanuel Rubin