Accueil > Bonnes tables > Dessance (pour conclure)

Bonnes Tables

Dessance (pour conclure) 31.07.14

imprimer
   

Autoproclamé « restaurant à desserts » et pour autant ni maison de gâteaux, ni salon de thé, ni même cantine à grande fifille, c’est l’une des propositions les plus singulières de la saison où l’ancien pâtissier du Grand Véfour ose une monomanie en disposant tout un repas autour du sucré. Il y a là l’idée délicieusement construite d’une cuisine de la douceur : mix coing, orange, clémentine et granité de sangria, pomme confite, purée de vitelotte et granité de marjolaine, omelette norvégienne fumée au foin et flambée whisky. Aussi déroutant qu’attachant.

Un plat : la susmentionnée omelette norvégienne.
Un vin : riesling grand cru Schlossberg.
Une table : la 305.
Service : d’une application légère.
La note, SVP ! Entre 30 et 50 euros.
Parking : Archives Auto (79, rue des Archives IVe).

Emmanuel Rubin