Accueil > Bonnes tables > A Noste (pour négocier)

Bonnes Tables

A Noste (pour négocier) 30.10.14

imprimer
   

Jeune activiste culinaire de la cause sud-ouest, Julien Duboué lance un repaire de faconde avec cette idée d’un terroir rafraîchie, rajeunie, ouverte sur l’époque. Un lieu à sa mesure, charmeur et conquérant, monté sur deux étages. Au premier, une table raffinant le rustique en tournant la broche d’une habile rôtisserie. Au rez-de-chaussée, une manière de bodega urbaine où les tapas gagnent en panache, en modernité sans perdre en humeur et générosité : panis au chorizo et romarin, couteaux planchés et aiguisés à la vinaigrette basquaise, foie gras confit à la betterave, fougasse de maïs au magret fumé et brebis… Des tapas signatures un peu comme ces chandelles qui, au terrain de rugby, éclairent soudain le jeu.

Un plat : 
fish & chips de raie et sauce tartare allégée.
Un vin : plutôt un cidre.
Une table : la 40.
Service : en verve.
La note, SVP ! Entre 25 et 40 euros. Menus à 38 euros (déj) et 60 euros.
Fermé dimanche.
Voiturier.

 

 

Emmanuel Rubin