Bonnes Tables

MAMO 29.07.16

imprimer
   

Pour conclure

Dans ce genre, il n’y a plus guère que le Stresa et l’Ami Louis. Des tables où les trombines pipoles trouvent cantine à leur aise, se palpent les coudes, s’exhibent en causant, la bouche pleine de nourritures dont on ne sait plus très bien qui de la star ou de la saveur en fait le sel. Tout juste débarqué d’Antibes et de New York, Pepino Mammoliti, alias Mamo, s’installe au cœur du XVIe, colle aux murs les clichés encadrés de son fan-club doré plein de Stallone et de De Niro, mouille le tablier en salle, saute d’une table l’autre, arrose lui-même à l’huile d’olive votre tomate-burrata, rectifie au poivre du moulin votre pasta-boulettes, détaille un poulet entier servi pour deux, raconte sa vie, partage les souvenirs, déleste Bébel d’une part de pizza à la truffe blanche pour l’offrir à une jeune fille qui se demande encore où sont les caméras. Longtemps qu’une grande gueule n’avait pas fait le spectacle à Paris, on ne va, quand même, pas se plaindre.

Un plat : l’épaule d’agneau grillée au feu de bois.

Un vin : rosé, côtes de Provence, Domaine d’Ott.

Une table : côté banquette.

Service : virevoltant.

La note, SVP ! Entre 40 et 80 euros.

Où et quand ? 2 rue Lapérouse, Paris XVIe. Tél. : 01 42 89 64 75. Fermé dimanche et lundi.

Voiturier.

Emmanuel Rubin